Institut de Physique Théorique
Direction des Sciences de la Matière  - CEA-Saclay
Unité de Recherche Associée au CNRS
encart droite
Encart de droite, peut être utilisé à des fins diverses. Actuellement caché via les CSS.
Samedi 25 avril 2015

Bienvenue à l'IPhT

 / 
 

Agenda

Lundi 27/04

14h00 Soutenance de thèse de doctorat

Soutenance de thèse de doctorat

Amphi Claude Bloch, Bât. 774 Orme des Merisiers

Eric Vernier

Mercredi 29/04

14h15 Séminaire hadronique et des particules

Séminaire hadronique et des particules

Salle Claude Itzykson, Bât. 774 Orme des Merisiers

Paolo Creminelli

Lundi 04/05

11h00 Séminaire de physique mathématique

Séminaire de physique mathématique

Salle Claude Itzykson, Bât. 774 Orme des Merisiers

Gernot Akemann


la suite...
L'Institut de physique théorique (IPhT) est un laboratoire de recherche fondamentale situé sur le plateau de Saclay, dans le Hurepoix, à 20 km au sud-ouest de Paris.

Nos recherches ont pour but de mieux comprendre les lois qui régissent notre univers et son organisation. Elles couvrent presque tous les grands sujets de la physique théorique moderne : L'IPhT comprend une cinquantaine de physiciens permanents (2/3 CEA, 1/3 CNRS), une trentaine de doctorants et postdocs, et une dizaine de personnels de support. Il accueille en permanence de nombreux visiteurs.

Actualités

Déviation de la lumière en gravité quantique   

imgIl y a 100 ans Albert Einstein calculait la déviation des rayons lumineux par le Soleil conséquence de sa  toute nouvelle de la gravitation : la relativité générale. Ludovic Planté, Pierre Vanhove et leurs collègues ont calculés pour la première fois la correction de gravité quantique à cet angle de déviation.

Le calcul est réalisé dans le cadre d'une théorie effective de basse énergie, qui permet de calculer les corrections à grande distance en ne conservant que les degrés de liberté de basse énergie.  Ces contributions sont universelles à toute théorie de la gravitation quantique car indépendante du secteur (inconnu) de haute énergie .

La contribution quantique dépend du spin de la particule de masse nulle déviée contrairement à la contribution classique, violant ainsi le principe d'équivalence mais en préservant les symétries ...

Lire la suite »

 
C. Pepin, dépêche du 08/04/2015

 

ARN: les brins de la vie n'ont pas de n½uds   

img Cela n’avait jamais été étudié auparavant, mais il semble que l’ARN, ce biopolymère qui joue un rôle si important dans les fonctions cellulaires, soit le seul « brin de vie » qui ne possède pas de nœud.

Les avancées en biologie structurelle ont en effet démontré sans ambiguïté que les deux autres « brins de vie », à savoir l’ADN et les protéines, bien que sujets à la sélection de l’évolution, n’échappent pas à la loi statistique des polymères, qui veut que des chaines assez longues possèdent nécessairement des nœuds.

En utilisant les données expérimentales des 6000 chaines d’ARN connues, une équipe composée de chercheurs de la SISSA (Italie) et de l’IPhT a fait une étude complète de la présence de nœuds dans ces biopolymères.

Pour détecter les nœuds, ils ont utilisé les ...

Lire la suite »

 
F. David, dépêche du 08/04/2015

 

Théorie quantique de Liouville sur la sphère   

img

En 1981 le célèbre théoricien A. Polyakov a introduit la théorie quantique de Liouville comme modèle de théorie des cordes. Cette théorie “quantifie” l’équation de Liouville R=-1 qui intervient en géométrie classique et caractérise les surfaces de Riemann de courbure négative. C’est donc une  théorie de gravité quantique, où la géométrie de l’espace temps bidimensionnel (une dimension de temps + une dimension d’espace) est quantifiée.

 

La théorie de Liouville possède des propriétés remarquables: c’est une théorie invariante conforme (elle possède un groupe de symétrie infini, le même que celui des théories des cordes et des systèmes critiques comme le modèle d’Ising en 2 dimensions), et elle apparait, parfois de façon très inattendue, dans de nombreux problèmes de physique théorique et de mathématiques pures. A ce titre elle a été énormément étudiée, avec les outils de la théorie conforme et des systèmes intégrables. Mais elle est reliée de façon profonde, et encore imparfaitement comprise, à des modèles combinatoires où l’espace-temps est discrétisé et forme un réseau aléatoire (cartes aléatoires, modèles de matrice). Deux approches ...

Lire la suite »

 
C. Pepin, dépêche du 24/02/2015

 

20ème conférence Itzykson, Surfaces et géométries aléatoires, 10-12 juin 2015

Encore plus rapide! Une nouvelle version de FastJet.

Extraire la structure à grande échelle des réseaux de mobilité

Vertex de spin et fonctions à trois points dans la correspondance AdS/CFT

Une bourse "L'Oréal - UNESCO Pour les femmes et la science" à Hélène Dupuy

Roger Balian and François David interviewés sur la physique quantique

Robi Peschanski sur France Culture

Le prix Thibaud de l'académie de Lyon décerné à Marco Cirelli


Retour en haut